Zones rurales : le gouvernement souhaite accélérer le développement des mobilités durables, « très insuffisamment déployées »   

La ministre chargée de la Ruralité vient de définir les mesures prioritaires du plan France ruralités pour l'année 2024. Le montant de la nouvelle dotation en faveur des aménités rurales a notamment été augmenté. Une priorité accordée aux mobilités durables, un fonds pour les lieux de convivialité, une prime contre la vacance des logements… Annoncé il y a tout juste un an, le plan France ruralités « continue son déploiement dans les territoires », se félicite l’exécutif dans une circulaire, publiée hier, dans laquelle il invite les préfets de département à poursuivre leur investissement en direction des mesures destinées aux habitants des territoires ruraux.

Par |2024-07-10T14:19:39+02:0010 juillet 2024|Scoop.it|0 commentaire

Privé d’aide pour changer la chaudière au fioul de son village de Lot-et-Garonne : « Nous, maires de petites communes, on nous prend pour des cons  »

Une précision du cadre réglementaire, rétroactive, bloque l’octroi d’aides pour des projets, validés, de réseaux de chaleurs dans plusieurs petites communes. À Montagnac-sur-Lède, le maire « est en colère » « Au dernier moment, on apprend que l’accord signé est caduc. » Yvon Setze, pour qui une poignée de main n’a pas d’égal, vient d’apprendre à ses dépens qu’une convention signée entre deux parties peut perdre toute valeur en un simple coup de fil. Celui-ci lui est parvenu le 23 mai dernier. Un représentant de la Poste lui a signifié que le financement de son projet de réseau de chaleur communal, finalement, n’était plu

Par |2024-06-17T13:42:51+02:0017 juin 2024|Nouvelle-Aquitaine|0 commentaire

Faire revivre les petites communes : ce plan pour attirer de nouveaux investisseurs et de nouveaux habitants dans les campagnes

Comment attirer des commerçants, des artisans, et créer de l'activité sur le territoire ? Dans la petite commune de Pierre-Buffière (Haute-Vienne), comme ce fut le cas à Saint-Junien avant elle, une étude a été lancée pour mieux comprendre les différents usages de la population locale et celle de passage. Un dispositif proposé depuis 2017 avec l'aide de l'aide de la Chambre de commerce et des métiers. Pierre-Buffière recherche commerces désespérément. Le dernier boucher a fermé l’an dernier. Élodie Correia gère déjà le bar-tabac presse et l’épicerie, mais elle se sent de plus en plus seule. "Les gens ne jouent plus le jeu, parce qu’il y a eu le covid, donc c’est vrai que là, ça a été les gros temps forts des commerces. Parce que du coup, on devait rester à proximité, donc du coup, c’est vrai qu’on marchait du tonnerre", raconte cette commerçante installée dans le centre bourg.

Par |2024-06-17T09:24:59+02:0017 juin 2024|Nouvelle-Aquitaine|0 commentaire
Aller en haut