Mobilités – Le premier train régional hybride en expérimentation

Le premier train régional hybride, Régiolis Hybride, est en phase de test en Nouvelle-Aquitaine, depuis le 16 avril 2024. Le prototype est en place sur les lignes Bordeaux-La Rochelle, et La Rochelle-Poitiers, jusqu’au 30 juin prochain. Ce projet d’hybridation avait été lancé en 2018 par la SNCF et le constructeur Alstom. Lors d’une conférence de presse le 25 avril, Matthieu Chabanel, PDG de SNCF Réseau, Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine et Renaud Lagrave, vice-président, ont fait le point sur le réseau ferroviaire régional. Ils ont ainsi annoncé un plan de 70 millions d’euros pour mettre à niveau les voies entre Bordeaux et Saintes. Concernant le Grand Projet Ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), le projet de ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse et Bordeaux et Dax, Matthieu Chabanel a déclaré recevoir bientôt les enquêtes publiques pour les autorisations environnementales pour les accès ferroviaires. Cela permettra ensuite le démarrage des travaux. « Du côté espagnol, le Y-Basque (projet de ligne à grande vitesse Vitoria-Gasteiz-Bilbao-Saint-Sébastien-frontière française) sera livré autour de 2030. Il y a donc une possibilité de voir des trains espagnols arriver à Bordeaux avant la livraison du GPSO », a ajouté Renaud Lagrave. À ce jour, plus de 250 personnes sont mobilisées sur ce projet.

Par |2024-06-03T10:30:18+02:003 juin 2024|Nouvelle-Aquitaine|0 commentaire

Actu – Le Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO) est plébiscité par les habitants

Les principaux enseignements de ce sondage - 86% des habitants du Sud-Ouest approuvent le GPSO (Grand Projet du Sud-Ouest) - Ce projet fait consensus dans l’opinion, quel que soit le département (de 83% en Gironde à 91% en Haute-Garonne) ou l’opinion politique des interviewés - Si le projet est aussi soutenu, c’est parce qu’il répond à un besoin important (1 habitant sur 2 en zone rurale se sent mal relié au territoire) et parce que 82% des habitants sont convaincus des bénéfices de ce projet pour assurer une meilleure desserte des territoires et améliorer les échanges entre les villes et les départements du Sud-Ouest - Ce soutien s’explique aussi car plus des trois-quarts des habitants pensent que le GPSO sera positif pour l’environnement, vecteur de gains de temps pour eux, et qu’il aura un impact économique majeur sur le territoire - De fait, les deux-tiers des habitants pensent que ce projet les incitera à se rendre davantage dans d’autres villes du Sud-Ouest (68%) et 75% qu’il améliorera les connexions entre les villes du Sud-Ouest - Enfin et surtout, les deux-tiers des habitants (68%) sont convaincus de l’impact positif de ce projet pour eux-mêmes et leur propre vie

Par |2024-05-31T11:09:33+02:0031 mai 2024|Nouvelle-Aquitaine|0 commentaire

LGV en Lot-et-Garonne : « Si tu mets un âne à Toulouse et que tu lui dis d’aller à Paris, il ne passera pas par Bordeaux »

Les collectifs d’opposants au GPSO sont réunis pour deux jours entre les Landes de Gascogne et l’Albret, où passe la deuxième édition de Sarabande, mobilisation itinérante et festive Casteljaloux, Pindères, Pompogne, Fargues, Montgaillard, via le Placiot, et enfin Vianne, la dernière étape, avec une prévision de franchissement de la ligne d’arrivée sur l’ancienne voie ferrée, ce dimanche 26 mai, à 14 h 30. La Sarabande, deuxième du nom, le convoi contre les LGV dans le sud-ouest, sillonne les Landes de Gascogne et l’Albret, ce week-end. Entre les étapes de cette caravane festive, véritable éloge de la lenteur, des animations, de la musique, des jeux et, surtout, des prises de parole et des échanges. Si, depuis le début de la lutte, en 2003, les arguments restent les mêmes, ils sont toujours autant aiguisés par l Lire l'article complet sur : www.sudouest.fr

Par |2024-05-27T12:45:55+02:0027 mai 2024|Nouvelle-Aquitaine|0 commentaire
Aller en haut