Publié le : 31 mai 2024Tags: ,

Ce jeudi 30 mai, une centaine de maires s’est réunie pour protester contre un nouveau décalage des travaux de rénovation de la ligne Périgueux-Agen. Ils s’inquiètent de voir leur ligne disparaître, ensevelie sous les études et les décalages administratifs.

Petite ligne de train régional, le tracé Niversac-Agen est menacé de fermeture. Mal entretenue, elle doit être rénovée depuis une vingtaine d’années. Une opération qui a encore pris du retard au grand dam des maires ruraux situé autour de la ligne. Ils étaient une centaine ce jeudi 30 mai, à la gare de Monsempron-Libos, à manifester leur colère.

Acte délibéré
Pour le collectif des maires, l’état de la ligne est un acte délibéré. “Ils le font exprès parce qu’ils n’en veulent plus”, souligne Christian Léothier, maire de Belvès. Aujourd’hui, deux trains sont prévus chaque jour, l’un à 10h, l’autre à 16 h. “Ils roulent sur certains tronçons entre 40 km/h et 60 km/h, au mieux c’est 80”, illustre Jean-Jacques Brouillet, maire de Monsempron-Libos et porte-parle du mouvement en Lot-et-Garonne.

Lire l’article complet sur : france3-regions.francetvinfo.fr