Publié le : 16 avril 2024

Pont d’Étaples – Wikipédia

Le pont d’Étaples, surnommé ” Pont rose ” pour sa couleur, est un ouvrage d’art routier qui relie Étaples au Touquet-Paris-Plage et à Cucq dans le Pas-de-Calais, en France. Il est situé sur l’ estuaire de la Canche à l’ amont du port d’Étaples.

Le pont d’Étaples, surnommé « Pont rose » pour sa couleur, est un ouvrage d’art routier qui relie Étaples au Touquet-Paris-Plage et à Cucq dans le Pas-de-Calais, en France. Il est situé sur l’estuaire de la Canche à l’amont du port d’Étaples. Depuis 1860, c’est le quatrième pont successif assurant la traversée de la Canche entre Étaples et Cucq. Pont actuel dit « pont rose »[modifier le code] Historique[modifier le code] Ce pont dit « pont rose »1, en raison de la couleur de son parement de gravier qui orne son armature de béton2, situé pratiquement à l’emplacement du deuxième pont appelé « pont Peulabeuf », relie les communes d’Étaples et du Touquet-Paris-Plage. Il est construit à partir de 19482, sous la direction de M. Hennequin, jeune ingénieur de l’École nationale des ponts et chaussées, de MM. Muchery père et fils représentant l’entreprise Peulabeuf d’Arras, d’André Fourrier, son directeur, et du chef de chantier Paul Van Compernol (maire de Camiers en 19533). Les architectes le désaxent par rapport au précédent qui traversait la place d’Étaples dans sa largeur car « on craignait que, lors de sa construction, les fondations de l’ancien ne s’ébranlent »2. Afin de fluidifier la circulation importante venant au Touquet-Paris-Plage, difficile sur le pont provisoire, le quatrième nouveau pont est ouvert à la circulation le 13 août 19494 avant que les travaux ne soient complètement terminés (tests de résistance et réception officielle des travauxa). Il est donc de nouveau fermé en septembre 1949 pour les épreuves de chargement et leurs mesures. Celles-ci sont réalisées en soumettant chaque travée aux mêmes épreuves : neuf camions chargés, représentant 158 tonnes sont placés sur la chaussée, chaque trottoir étant recouvert de 40 tonnes de cailloux. Le fléchissement enregistré est de 1,75 mm. Puis, en charge roulante, le fléchissement dû au passage de 17 camions représentant une masse de 315 tonnes n’est que de 3 mm. Les essais s’avèrent donc concluants, le fléchissement maximal autorisé étant de 10 mm5. Caractéristiques techniques[modifier le code] Ce pont, construit en béton armé avec des parements de gravier rose, repose sur trois piles, au lieu des six du second pont, à l’origine de l’envasement de la Canche. Il est constitué de quatre arches de 38 m et mesure 163,50 m de long et 15 m de large2. La chaussée a une largeur de 10 m et ses deux trottoirs font 2,5 m de large. En 2014, il permet le passage de 25 000 véhicules par jour, hors période de pointe l’été ou à l’occasion de manifestations telle l’Enduropale2. En 2017 et 2018, des travaux sont entrepris : rénovation complète de la voirie, création distincte d’un chemin piéton et d’une piste cyclable sur la chaussée du pont afin de permettre la jonction des tronçons de véloroute d’Étaples et du Touquet-Paris-Plage, mais aussi élévation d’un petit muret rétroéclairé entre la route et l’espace piétonnier6,7. Les véhicules disposent d’une voie de circulation dans le sens Étaples-Le Touquet et de deux dans le sens inverse. Décoration[modifier le code] Outre sa couleur, le pont comporte en rive gauche deux piles monumentales qui dissimilent des locaux techniques dont les accès sont surmontés chacun d’un blason stylisé, celui de la commune d’Étaples côté droit dans sa direction, et celui de la commune de Cucq en vis-à-vis du premier. Historique de la traversée de la Canche d’Étaples à Trépied[modifier le code] À l’origine existait un passage à gué et un bac reliant Étaples et Trépied, hameau de la commune de Cucq. Un autre bac était situé à Attin, qui fut « durant près de mille ans, le seul grand chemin royal de France en Angleterre. Les sentiers qui reliaient le bac à la citadelle de Montreuil, furent la grand’route du trafic comme celle des invasions »8. Avant la construction du pont Napoléon, il faut utiliser le bac d’Étaples, qui a donné son nom à la rue du Bac et qui avait une certaine importance, car celui qui en était adjudicataire devait au Roi un droit de péage à prendre sur tous ceux qui passaient l’eau à Étaples. On payait un sou à marée basse et deux sous à marée haute9. Le premier pont dit « pont Napoléon »[modifier le code] De 1860 à 1900[modifier le code] En 1804, Napoléon Ier ordonne la construction d’un pont pour traverser la Canche, à Étaples. Ce pont est réalisé sous Napoléon III en 1860. Cet ouvrage, long de 188 m, dont 100 m en fer et 88 m en bois, de 5 m de large et ne comportant pas de trottoirs pour les piétons4, est livré le 9 février 1860. Il est posé, pour moitié, côté rive droite, sur des piles en maçonnerie et tablier métallique, et comprenant 5 travées de 20 m et, pour l’autre moitié, côté rive gauche, sur échafaudage en bois et tablier de même, comportant 10 travées de 8 m4. Le coût de la construction de cet ouvrage est estimé à 120 000 francs, le coût réel fut de 143 000 francs4, en partie financée par des aides de l’État (pour un montant de 70 000 francs), du département, de la commune d’Étaples et des communes intéressées. La différence est financée par un droit de péage perçu pendant 45 ans par M. Legrand, ingénieur civil à Paris et entrepreneur de l’ouvrage. Le garde du pont chargé de percevoir ce droit de péage est M. Gorenger, qui demande avec son accent alsacien « … Teux zous pour basser et teux zous pour rabasser »10,11. Le pont est ouvert à la circulation le 9 février 18604. En 1877 est lancé le projet du rachat du péage afin d’assurer la gratuité du franchissement du pont. Alphonse Daloz, ancien notaire, mène les négociations avec la région12. Le 1er janvier 1878, le péage est supprimé : le département et les communes intéressées ont racheté l’ouvrage pour un montant de 70 000 francs4. De 1900 à 1926[modifier le code] Durant l’hiver 1899-1900, sous l’impulsion de Paris-Plage, qui souhaite voir aboutir un projet de chemin de fer d’intérêt local, il est décidé d’entreprendre le renforcement de ce pont pour le passage du futur tramway d’Étaples à Paris-Plage. Il s’agit d’élargir la première partie en maçonnerie et de remplacer complètement la seconde partie en bois. Les travaux du pont ont été adjugés à la maison Kessler et Cie, constructeurs à ArgenteuilEL 1. Pour la première partie, on installe latéralement et de chaque côté un système de potences, sur lesquelles on place les trottoirs, l’ancienne largeur formant entièrement la route pour le tramway et les voitures. Pour la seconde, qu’il s’agit de refaire entièrement, on enfonce dans le sable des tubes en acier dans lesquels on coule du béton. Ceux-ci, dressés de chaque côté, sont reliés entre eux par une armature métallique puissante sur laquelle est assis un tablier métallique. La dernière travée est mise en place le 7 juillet 1900 et, en quatre jours, tout est terminé. Le 8, on installe les poteaux destinés à supporter les fils électriques dans la traversée du pont. Le mardi 10 au matin, la réception des travaux a lieu en présence de l’ingénieur Marion, de M. Houpert (ingénieur des ponts et chaussées), de Jules Moleux (conseiller général du canton d’Étaples) et de François Godin, maire de Cucq. Ils effectuent le parcours en tramway de la gare d’Étaples à la station balnéaire de Paris-Plage; le permis d’exploitation est donné. L’après-midi, le tramway fonctionne pour le public. L’inauguration officielle a lieu le 15 juillet 1900; elle devait se dérouler sous la présidence du préfet du Pas-de-Calais Alapetite. Empêché au dernier moment, il s’est fait représenter par M. Buellet, son secrétaire général, accompagné par M. Jules Gerberot, vice-président du conseil de préfecture, assisté du député Louis Boudenoot et de toutes les autorités de la région. Cette inauguration se conclut par un banquet qui se déroula au Grand-Hôtel de Paris-Plage autour d’une vaste table qui réunit 70 couverts. En plus des personnes citées étaient présents MM. Roger de Rocquigny, maire d’Étaples, Lalouette, président du syndicat des propriétaires de Paris-Plage, Garet père, trésorier du syndicat, Charles Prévost, le premier concessionnaire de la ligne, tous les membres du conseil municipal de Cucq, etc.EL 1. En 1925, ce pont est supprimé après la mise en service du deuxième pont dit « pont Peulabeuf ». On peut voir les garde-corps, vestiges de cet ouvrage, sur le pont situé au moulin de Maintenay13. Le deuxième pont dit « pont Peulabeuf »[modifier le code] Ce pont en arc, situé plus en aval du premier pont, pratiquement où est construit le « pont rose », est appelé « pont Peulabeuf » (ou Pont Blanc), du nom de l’entrepreneur de travaux publics d’Arras, Louis Peulabeuf, spécialisé dans les grands ouvrages en ciment arméb, qui l’a réalisé, du 12 janvier 1925 à juin 19262. Il est conçu par les architectes Paul Decaux, d’Arras, et Édouard Crevel, de Paris. L’exécution des travaux est suivie par M. Boutet, ingénieur en chef des ponts et chaussées. Son coût est estimé à 4 millions de francs. Construit en béton armé, sa longueur est de 166,80 m4. Il comporte six piles et deux culées. Le tablier est prévu pour deux voies ferrées d’intérêt local, le tramway, ainsi que pour deux files de véhicules. La largeur totale de la chaussée est de 10 m, la largeur de chaque trottoir est de 2,5 m. Ces dispositions très largement conçues sont entièrement justifiées par le développement de la station balnéaire du Touquet-Paris-Plage. Le pont est également équipé de huit lampadaires de chaque côté, au droit de chaque pile15. Parallèlement à l’exécution de l’ouvrage proprement dit, l’entrepreneur a dû établir une importante déviation du chemin de grande communication no 119. Du côté Étaples, l’entrée du pont a été complètement dégagée, par l’élargissement de la rue du Port jusqu’à la place principale d’Étaples. En 1923, pour la construction de la digue du champ de courses, des remblais, exécutés en blocs de marne, extraits d’une carrière d’Étaples, à environ 600 m du chantier, ont été amenés par une voie Decauville qui traversait la Canche sur une passerelle provisoire en bois de 150 m environ, utilisée uniquement pour les travaux de terrassement de cette digue, afin de ne pas retarder les travaux4. Sur l’ouvrage et dans la rue du Port, pour leur revêtement, il a été utilisé la brique extradure d’Hydrequent posée au ciment sous forme de béton15. Le 6 juin 1926, pour l’inauguration du pont, la commune du Touquet-Paris-Plage organise un banquet au Casino de la forêt, en présence de M. Wattier, directeur de la navigation, M. Anatole de Monzie, ministre des Travaux publics, qui devait présider cette cérémonie, étant retenu à Paris par un conseil de cabinet d’une importance exceptionnelle. Ce pont, miné par le génie français en mai 1940 mais finalement épargné, est détruit par les Allemands le 4 septembre 1944 à 13 h 2516 lors de l’arrivée des Alliés, en l’occurrence les troupes canadiennes4. Le troisième pont provisoire[modifier le code] Le pont Peulabeuf détruit, une passerelle de bois pour les piétons est mise en service le 13 septembre 1944. Une tempête le démolit le 2 octobre. Le 29 novembre, il est décidé de construire un nouveau pont, à l’emplacement du pont de 1860 dont il remploie les culées4. Ce pont provisoire est construit en bois, à passage unique avec une zone de croisement en son milieu. Ce pont est ouvert à la circulation le 29 novembre 19444 jusqu’en 1949. Il est détruit en 195017. Il était situé à l’emplacement du premier pont Napoléon. Positionnement des différents ponts[modifier le code] En prenant l’ouvrage actuel comme base de comparaison, on constate que le pont Peulabeuf de 1926 établi en biais comparativement au lit de la Canche, était à 60 m en amont, côté Touquet-Paris-Plage, pour aboutir au même endroit devant la Grand’place d’Étaples. Le pont primitif Napoléon se situait à 160 m en amont sur la rive gauche pour aboutir de l’autre côté dans l’axe de la rue d’Hérambault4. Notes et références[modifier le code] Notes[modifier le code] ↑ Dans le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP), la « réception de travaux » correspond à l’acte juridique correspondant au moment où le maître de l’ouvrage prend possession de la prestation réalisée dans le contrat passé avec le prestataire. Notamment, dans le cas de contrat de travaux, la réception correspond au moment où la responsabilité de la construction passe des entreprises au maître de l’ouvrage, marquant la fin de la phase de travaux et le début des différentes périodes de garantie. ↑ Louis Antoine Peulabeuf, chevalier de la Légion d’honneur, est l’un des grands entrepreneurs de la reconstruction dans le Nord de la France14. Ouvrage d’Édouard Lévêque[modifier le code] ↑ a et b p. 334 à 338. Références[modifier le code] ↑ « Travaux du département sur le pont Rose », sur mairie d’Étaples, 9 avril 2018 (consulté le 27 janvier 2019). ↑ a b c d e et f « Sur la route des vacances – Notre jeu de l’été : vous aurez reconnu… Le Pont rose, lien essentiel entre Étaples et Le Touquet », sur La Voix du Nord, 12 juillet 2014 (consulté le 27 janvier 2019). ↑ Recueil des actes administratifs de la préfecture du Pas-de-Calais. Numéro spécial du 5 août 1953. Tableau nominatif des maires et adjoints du département du Pas-de-Calais élus en 1953. ↑ a b c d e f g h i j k et l Communication du 5 août 1967 de Fernand Holuigue, secrétaire perpétuel de la Société académique du Touquet-Paris-Plage. ↑ « ? », La Voix du Nord, édition de Montreuil,‎ 1949[source insuffisante]. ↑ « Étaples Attention, le pont rose va fermer la nuit pendant dix jours », sur La Voix du Nord, 17 novembre 2017 (consulté le 27 janvier 2019). ↑ « Étaples Le pont rose fermé chaque nuit à partir de lundi, des travaux en journée aussi », sur La Voix du Nord, 21 avril 2018 (consulté le 27 janvier 2019). ↑ Roger Rodière, Le bac d’Attin – Notice nécrologique, novembre 1904, 28 pages, [lire en ligne]. ↑ Société académique du Touquet-Paris-Plage, Mémoire de la société académique de Paris-Plage année 1910, Paris-Plage, imprimerie Delambre-Deroussent à Montreuil et Paris-Plage édité en 1911, 59 p., page 9 écrits de Lucien Ramet. ↑ Société académique du Touquet-Paris-Plage, Mémoire de la société académique de Paris-Plage année 1910, Paris-Plage, imprimerie Delambre-Deroussent à Montreuil et Paris-Plage, 1911, 59 p., p. 12 écrits de Lucien Ramet ↑ Histoire des rues d’Étaples sur Gallica,p. 18. ↑ « Pont d’Étaples – rachat du péage », sur gallica, avril 1877, p. 170, 171, 172 et 173. ↑ Société académique du Touquet-Paris-Plage, Le Touquet-Paris-Plage 1912-2012 un siècle d’histoires, Le Touquet-Paris-Plage, Les Écrits du Nord Éditions Henry, 2011, 226 p. (ISBN 978-2-917698-93-8), p. 40 (écrits de Patrick Bonaventure). ↑ « 1er juillet 1925 : ouverture du dépôt d’archives d’Arras (centre Georges-Besnier) », sur Archives départementales du Pas-de-Calais, 1er juillet 2018 (consulté le 27 janvier 2019). ↑ a et b Le Génie Civil sur Gallica,p. 109 à 112. ↑ Société académique du Touquet-Paris-Plage, Mémoires de la Société académique du Touquet-Paris-Plage 2007-2010 : cent-unième à cent quatrième années, I.H. Montreuil-sur-Mer, 2012, 169 p. (ISSN ), p. 48 (écrits de Patrick Bonaventure). ↑ « Edition Montreuil-sur-Mer », Voix du Nord,‎ mai 1950[source insuffisante]. Pour approfondir[modifier le code] Bibliographie[modifier le code] Patrick Bonaventure, Les ponts sur la Canche entre Montreuil et Étaples de 1850 à nos jours, Journées du Patrimoine 2008 Édouard Lévêque, Histoire de Paris-Plage et du Touquet, souvenirs et impressions, Le Touquet-Paris-Plage, Charles Delambre à Paris-Plage et à Montreuil sur Mer, 1905 (lire en ligne) Articles connexes[modifier le code] Liste de ponts du Pas-de-Calais Liens externes[modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia : Le franchissement de la Canche ou … la découverte de l’histoire des ponts Collection de cartes postales du pont Vidéo présentant le pont Rose v · mLe Touquet-Paris-Plage Géographie Canche (fleuve) Côte d’Opale Pointe du Touquet Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale Urbanisme Voies Dictionnaire des rues du Touquet-Paris-Plage Boulevard Daloz Rue de Moscou Rue Raymond-Lens Transports Aéroport du Touquet-Côte d’Opale Flèche d’argent Gare d’Étaples – Le Touquet Ligne de Berck-Plage à Paris-Plage Pont d’Étaples Red Bug Tramway d’Étaples à Paris-Plage Tramway du Touquet-Paris-Plage Compagnies aériennes Air Kruise Air UK British Caledonian British Island Airways British United Air Ferries British United Airways Compagnie Air Transport LyddAir Imperial Airways Morton Air Services Olley Air Service Silver City Airways Walcot Air Line Histoire Paris-Plage Construction au Touquet-Paris-Plage Maurice Garet Ernest Legendre Paris-Plage Paris-Plage (journal) Paris-Plage, administration, service, institution et société financière Presse écrite au Touquet-Paris-Plage Principaux architectes du Touquet-Paris-Plage Principaux entrepreneurs de Paris-Plage et du Touquet-Paris-Plage Principaux hôtels de Paris-Plage et du Touquet-Paris-Plage Divers Chronologie du Touquet-Paris-Plage Mayville Principaux fondateurs du Touquet-Paris-Plage Principaux hôtels de Paris-Plage et du Touquet-Paris-Plage Société académique du Touquet-Paris-Plage Traité du Touquet Politique et administration Rattachements administratifs et électoraux Communauté d’agglomération des Deux Baies en Montreuillois Communauté de communes mer et terres d’Opale Pôle métropolitain Côte d’Opale Liste des maires Liste des maires du Touquet-Paris-Plage Population et société/Manifestations culturelles et festivités Festival international du grand reportage d’actualité et du documentaire de société Population et société/Sports Divers Aqualud Golf du Touquet-Paris-Plage Hippodrome de la Canche Sports au Touquet-Paris-Plage Le Touquet AC hockey Le Touquet Athletic Club Touquet Tennis Club Événement sportif Championnats d’Europe de char à voile 1965 Championnats d’Europe de char à voile 2006 Championnats du monde de char à voile 2006 Coupe Jean Borotra – Junior Davis Cup Enduropale Rallye du Touquet Tournoi de tennis du Touquet-Paris-Plage Étape du Tour de France Tour de France au Touquet-Paris-Plage 4e étape du Tour de France 2014 Population et société/Loisirs EuroVelo 4 Red Bug Sentier de grande randonnée 120 Population et société/Médias Radio 6 (France) Culture locale et patrimoine/Lieux Espace vert au Touquet-Paris-Plage Plage du Touquet-Paris-Plage Réserve naturelle nationale de la baie de Canche Culture locale et patrimoine/Monument historique Liste des monuments historiques du Touquet-Paris-Plage Hôtel de ville du Touquet-Paris-Plage Hôtel des postes du Touquet-Paris-Plage Marché couvert du Touquet-Paris-Plage Phare de la Canche Tribunes de l’hippodrome de la Canche Villa Alexandre Villa Bic en coin Villa Glenwood Villa Karidja Villa La Closerie Villa La Rafale Villa Le Castel Villa Le Quart-d’Heure Villa Les Mutins Villa Nirvana Villa Pomme d’Api Villa Pretty Cottage Villa Saint-Augustin, Thalassa, Phébus et Borée Villa Sous les Pins Villa Tata Ice Villa Wallonne Culture locale et patrimoine/Autres monuments Construction au Touquet-Paris-Plage Casino de la forêt Casino du Touquet Chapelle Saint-André de Paris-Plage Cimetière du Touquet-Paris-Plage Église Sainte-Jeanne-d’Arc du Touquet-Paris-Plage Piscine du Touquet-Paris-Plage Villa La Prairie Villa Monéjan Village Suisse Culture locale et patrimoine/Hôtels Atlantic Hôtel Golf-Hôtel du Touquet-Paris-Plage Grand-Hôtel du Touquet-Paris-Plage Hermitage-Hôtel du Touquet-Paris-Plage Hôtel des Anglais du Touquet-Paris-Plage Hôtel Westminster Principaux hôtels de Paris-Plage et du Touquet-Paris-Plage Royal Picardy Culture locale et patrimoine/Équipements culturels, spécialités Musée du Touquet-Paris-Plage – Édouard Champion Ratte du Touquet Société académique de Paris-Plage Société académique du Touquet-Paris-Plage Culture locale et patrimoine/Personnalités (divers) Philippe Alexandre Nikolaï Beliaev Étienne Bernard Tristan Bernard Charles Bernier Louise de Bettignies René Blum Frères Caudron Maurice Colrat Harry Shapland Colt Eugène Derveloy Jacques Duhamel Émile Ferré Georges Feydeau Henry Fouquier Maurice Garet Eugène Koessler Édouard Lamy Richard Langlois-Berthelot Paul Lelong Notes biographiques de la Société académique du Touquet-Paris-Plage Theo Osterkamp Groupe Partouche Émile Peynot Principaux entrepreneurs de Paris-Plage et du Touquet-Paris-Plage Robert Rodrigue Philippe Vasseur Charles Voisin René Wibaux Culture locale et patrimoine/Personnalités (architectes) André Bérard Paul Bertrand Arsène Bical Anatole Bienaimé Charles Billoré Henri-Léon Bloch Auguste Bluysen Jean Boissel Bruno Borrione Fernand Buisset Thomas Edward Collcutt Louis Marie Cordonnier Louis-Stanislas Cordonnier Louis Danhier Louis Debrouwer Aimé Delarue Pierre Drobecq Pierre-André Dufétel Louis Fleurant Paul Furiet Julien Galopin Paul Gaté Maurice Gridaine Jules Guillemin Louis Holt Léon Hoyez Raoul Jourde Jacques Labro Joseph Magnin Henry Martinet Amédée Milvoy Georges-Henri Pingusson Horace Pouillet Albert Pouthier Principaux architectes du Touquet-Paris-Plage Louis Quételart Louis Rey Paul Ridoux Léon Saxer Henri Valette Lucien Viraut Jean-Michel Wilmotte Culture locale et patrimoine/Personnalités (artistes) Jean Battaille Victor Boucher Sébastien Cauet Eugène Chigot Geneviève Claisse Robert Combas Édouard Courchinoux Hervé Di Rosa Norman Dilworth Dranem Pierre Drobecq Jean Dubuffet Albert Féraud Christian Ferras Serge Gainsbourg Erroll Garner Lucien Gibert Alain Godon Speedy Graphito Gérard Guyomard Martin Gwilt Jolley Henry Hall Charles Herbert Kaï (artiste) Peter Klasen Robert Lassus Georges Le Febvre Pierre Marie Lejeune Éric Liot Émile Maillard Philippe Noiret Gilles Oderigo Edmond Pointin Bernard Pras Maurice Ravel Georges Roussel José Simont Edwin Summerhayes Jeanne Thil Maxence Van der Meersch Victor Vasarely Claude Viallat Jules Wengel Pelham Grenville Wodehouse A-Sun Wu Idan Zareski Personnalités (Créateurs du Touquet-Paris-Plage) Louis Aboudaram Maurice Louis Bandeville Édouard Champion Pierre de Coubertin Alphonse Daloz Charles Delambre Léon Garet Horace Hutchinson Ernest Legendre Raymond Lens Édouard Lévêque Louis Pigault de Beaupré Paul Rivet Adrien Perret-Maisonneuve Principaux fondateurs du Touquet-Paris-Plage Fernand Recoussine Joseph-Louis Sanguet Allen Stoneham Hippolyte de Villemessant John Whitley Culture locale et patrimoine/Personnalités (décès) José Barbara Fernand Buisset Moncef Djebali Paddy Finucane Pierre Fritsch Maurice Garet Albert Guyard Yves Le Gac Paul Rivet Louis Quételart Joseph-Louis Sanguet Léon Saxer Léon Soucaret Maxence Van der Meersch Culture locale et patrimoine/Personnalités (maires) Léonce Deprez Daniel Fasquelle Liste des maires du Touquet-Paris-Plage Jules Pouget Fernand Recoussine Léon Soucaret Culture locale et patrimoine/Personnalités (naissance) Yvonne Baby Christophe Decarnin Jacques Delcourt Christian Ferras Carole Fives Jacques Noyer Philippe Vasseur Culture locale et patrimoine/Personnalités (Résidants) Laurent Delahousse Jean Dubuffet Daniel Fasquelle Brigitte Macron Emmanuel Macron Christian Nau Philippe Noiret Jacques Noyer Louis Quételart Culture locale et patrimoine/Personnalités (Sportifs) Karine Baillet José Barbara Thierry Béthys Håkan Carlqvist Romain Couprie Jacques Delcourt Arnaud Demeester Patrick Drobecq Gilles Francru Eric Geboers Monique Gimel Julien Grujon Gérard Houllier Kees van der Ven Bertrand Lambert Albert Mayaud Jean-Paul Mingels Jean-Claude Moussé Christian Nau Marian Pachurka Milko Potisek Thierry Sabine Jérémy Stravius Adrien van Beveren Jacques Vernier Jérémie Warnia Nathan Watson Vainqueur du rallye du Touquet Vainqueur de l’Enduropale Bibliographie Bibliographie sur Le Touquet-Paris-Plage Notes biographiques de la Société académique du Touquet-Paris-Plage Portail des ponts Portail de la route Portail du Nord-Pas-de-Calais <img width=”1″ alt=”” style=”border: none; position: absolute;” height=”1″ src=”https://login.wikimedia.org/wiki/Special:CentralAutoLogin/start?type=1×1&quot;&gt; Ce document provient de « https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Pont_d%27Étaples&oldid=214304344 ».

Lire l’article complet sur : fr.wikipedia.org