Publié le : 9 juillet 2024Tags:

Avenir de la décentralisation, dotations, point d’indice dans la fonction publique, transition énergétique, logement… Au lendemain d’élections législatives soudainement imposées par l’exécutif, ayant conduit à une Assemblée nationale très morcelée, les acteurs publics  locaux ne savent pas à quelle sauce ils vont être mangés, ne masquant pas une certaine fébrilité.

L’affaire est entendue. La dissolution, contrairement à son objectif premier, n’a pas permis de clarifier le paysage politique. Aucun des trois principaux blocs n’approche de la majorité absolue.

Un « grand méchant flou » qui ne laisse pas d’inquiéter les collectivités territoriales, partenaires numéro un de l’Etat et des pouvoirs publics parisiens. « Il est pourtant urgent de changer de cap sur l’aménagement du territoire et les services publics pour répondre à la profonde fracture du pays et aux cris de désespoir de nombreux électeurs, révélés par ce vote », estime André Robert, délégué général de l’Association des petites villes de France, dont le congrès prévu fin juin a dû être reporté à septembre au regard de l’actualité électorale nationale.

Les communes, « pôles d

Lire l’article complet sur : www.courrierdesmaires.fr