Publié le : 9 juillet 2024

“Le discrédit qui frappe le politique se traduit dès lors par la volonté de donner la parole au « peuple », autrement dit par une méfiance pérenne pour la démocratie représentative”, estime le politiste Alain Policar

Alors que tout indiquait que nous allions devoir résister à l’extrême droite au pouvoir, une digue démocratique et républicaine a permis d’éviter le désastre annoncé. Il reste certes un très long chemin avant que la menace d’un gouvernement d’extrême droite ne soit définitivement écartée. En effet, les prochaines élections présidentielles pourraient voir triompher des idéaux profondément contraires à nos principes.

Il est néanmoins un moyen, auquel la classe politique se montre largement indifférente, d’éviter cette triste perspective : supprimer – par un vote du Congrès, soit des deux chambres du parlement, recueillant au moins 2/3 des voix des parlementaires – l’élection du président de la République au suffrage universel, et donc revenir à un régime parlementaire, configuration plus démocratique qui est, comme le montrent nombre de nos voisins européens, parfaitement stable.

Lire l’article complet sur : www.sudouest.fr